Interview C


REUTERS/Darrin Zammit Lupi

REUTERS/Darrin Zammit Lupi

Luca X, Directeur des Ressources Humaines du Ministère des affaires étrangères italien

Quelle proportion d’hommes et de femmes y-a-t-il dans l’entreprise? Quelle proportion d’hommes et de femmes y-a-t-il dans les postes à haute responsabilité?

Au Ministère des affaires étrangères, il y a environ 900 diplomates (avec 300 bureaux à l’étranger), 3000 agents administratifs et 2800 contractuels locaux. Si on parle du nombre total de travailleurs, il y a en réalité plus de femmes que d’hommes. Si on parle de postes, dans la carrière diplomatique, de semi-dirigeants ou dirigeants, la situation change. Je me limiterais à parler uniquement des diplomates, car les autres employés ne sont pas importants pour le sujet de votre étude, n’ayant que peu de possibilités d’évolution de carrière. Le concours diplomatique a été ouvert aux femmes à la fin des années 1960, mais jusqu’à la fin des années 1990, la proportion de femmes qui postulaient et passaient le concours était beaucoup plus faible que celle des hommes. Dans mon concours, qui a été fait en 1989, les femmes qui l’ont gagné étaient 4 et les hommes 24. C’est plus ou moins cette proportion qui s’est maintenue jusqu’au début des années 2000. Dans les concours aujourd’hui, par contre, le pourcentage de femmes a augmenté, atteignant 30% : une proportion de 2/3 d’hommes et 1/3 de femmes.

Dans la carrière diplomatique, il faut entre 25 et 30 ans pour rejoindre des postes en tête du classement, comme les premiers postes de direction générale (comme mon poste actuel par exemple). Pour les positions semi-apicales, type Directeur Général adjoint, il en faut 20 ; Chef de cabinet, une quinzaine plus ou moins. Les femmes entrées (dans le ministère) dans les 20-25 dernières années sont moins nombreuses comparées aux hommes, donc même dans les positions supérieures, cette proportion est reflétée. Bien que dans le secteur public aujourd’hui, il existe une faveur envers les femmes pour atteindre l’égalité des sexes. C’est un des objectifs du Gouvernement actuel.

Moi, en tant que Directeur Général, j’ai un objectif stratégique, sur lequel on décide si me donner la prime de résultat (et en cascade si la donner à tous ceux qui travaillent avec moi, pour ma direction générale), qui est de promouvoir et de réaliser pour les femmes la concession de postes à haute responsabilité et de promotions. Par exemple, dans les évaluations des derniers 2 ou 3 ans, les femmes ont certainement eu plus de récompenses que les hommes.

Comment jugez-vous l’ambition d’une personne?

C’est une bonne question. L’ambition pour moi est la volonté de grandir professionnellement dans une structure, qui peut être privée ou publique. Mais cette croissance doit également être équilibrée et compatible avec les besoins externes, familiaux et professionnels. Le secteur public est certainement plus sensible en cela par rapport au privé, il favorise plus l’ambition, qui ne doit pas seulement être purement liée au travail.

Sur quels critères se fonde l’évolution de carrière?

Nous sommes soumis à des évaluations annuelles, basées principalement à la fois sur le professionnalisme pur, la maîtrise des langues, la capacité à faire face à des situations complexes, la capacité managériale à gérer les ressources humaines et financières, mais aussi sur des qualités de caractère : savoir contribuer à l’esprit d’équipe, capacité de se rendre disponible pour nos collègues. La combinaison de ces caractéristiques constitue une évaluation annuelle qui est faite pour les 15 premières années de carrière et qui puis devient biennale. Elle est assurée par le supérieur direct et également par le Directeur Général responsable de la zone thématique ou géographique et enfin par le Conseil d’Administration, où se réunissent l’ensemble les directeurs généraux. Sur la base de ces évaluations annuelles, il y a des moments périodiques qui sont les promotions au degré supérieur.

Y-a-t-il des différences entre les avancées de carrière des hommes et des femmes au sein du Ministère?

Questo contenuto è riservato agli abbonati

Abbonati per un anno a tutti i contenuti del sito e all'edizione cartacea + digitale della rivista di geopolitica

Abbonati ora €45

Abbonati per un anno alla versione digitale della rivista di geopolitica

Abbonati ora €20

- Advertisement -spot_img

Autodistruzione imperiale

Trattato del Quirinale: Macron punta sull’Italia

Unione europea: miti e leggende