spot_img

Tableau de bord


REUTERS/Ueslei Marcelino

Ce tableau de bord est divisé en cinq grandes catégories, ou axes d’action : Sécurité & Environnement, Qualité, Coûts, Net Working Capital (BFR), et People (Main d’oeuvre) et des responsables sont désignés pour chacun de ces axes. Les indicateurs sont donc très hétérogènes et regroupés par service ; ils rassemblent aussi bien des données qualitatives diverses que des données financières.

C’est une matrice standard, définie par le groupe depuis le siège social, utilisée uniformément par toutes les divisions opérationnelles du groupe. La division chartraine n’a donc en principe aucune possibilité d’initiative sur la nature des indicateurs utilisés dans le tableau de bord. En réalité, notre entretien avec M. Poidevin a révélé que les opérationnels peuvent parfaitement ajouter un indicateur qui leur semble pertinent. Par exemple, “Number of reworks” n’est pas un indicateur demandé par le siège, mais son ajout à l’initiative du manager se révèle utile pour le suivi de la qualité. En outre, d’autres indicateurs n’apparaissent pas dans ce tableau de bord utilisé par le contrôleur de gestion, car ils sont propres au suivi de chaque département. Par exemple, des indicateurs financiers qui concernent uniquement le département qualité sont reportés directement à un supérieur responsable de la qualité au siège mais pas au sein même de l’usine.

Questo contenuto è riservato agli abbonati

Abbonati per un anno a tutti i contenuti del sito e all'edizione cartacea + digitale della rivista di geopolitica

Abbonati ora €35

Abbonati per un anno alla versione digitale della rivista di geopolitica

Abbonati ora €15

- Advertisement -spot_img

Cina: l’anno del Drago si presenta turbolento

Germania: la debacle dei partiti al governo

Colombia: la rottura di Petro con Israele

Il confine tra le due Coree torna caldissimo

Argentina: Javier Milei e la sua shock-therapy

rivista di geopolitica, geopolitica e notizie dal mondo